Commune d’Ourossogui : La fermeture de la mairie suscite de vives interrogations

0
La fermeture de la mairie d’Ourossogui cinq jours durant (du 21 au 25 septembre) continue d’alimenter le débat dans cette commune du Fouta. Tous s’interrogent sur le motif de la fermeture de la mairie. Mais il est difficile de trouver réponse à cette question. Souleymane Thiam, un proche collaborateur du maire, affirme que la mairie n’a jamais été fermée parce qu’il y a un service minimum pour la délivrance des actes d’état civil. « La mairie procédait à un réaménagement interne », donne-t-il comme explication dans les colonnes du quotidien national « Le Soleil ». La fermeture de la mairie serait donc due à un changement d’organigramme de la municipalité relatif au décret présidentiel du 7 février 2020 pour un organigramme type à toutes les communes du Sénégal.
Le nouveau secrétaire administratif de la municipalité n’a pas pu s’empêcher de dénoncer l’attitude de ces « opposants » qui profitent de cette situation pour « ternir » l’image du maire à l’approche des élections locales de janvier 2022. D’après lui, c’est de la manipulation et des accusations gratuites. Amadou Dia, natif d’Ourossogui, bat en brèche l’argument de Souleymane Thiam. « C’est inquiétant et déplorable de se réveiller un bon jour et de constater que rien ne fonctionne dans la mairie », souligne-t-il. Le remaniement de la municipalité ne devait en aucun cas entraîner l’arrêt du fonctionnement de la mairie.
Selon le membre de la coalition Avenir, la mairie n’a pas fonctionné depuis le départ du secrétaire municipal car c’est lui qui était le « cœur » du dispositif administratif de la collectivité. Mais lorsque Me Moussa Bocar Thiam a été nommé Agent judiciaire de l’État, il l’a « débauché pour l’amener avec lui à Dakar ».
Amadou Dia dit avoir déjà vu venir cette situation. Et la fermeture de la mairie est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. « On peut administrer à distance, mais on ne peut jamais gouverner à distance », lâche-t-il, ajoutant qu’à part l’état civil, rien ne bouge.
Ce natif de la commune déplore dans « Le Soleil » la gestion de la ville parce qu’Ourossogui devait dépasser ce stade vu sa position stratégique. Mais force est de constater qu’il y a une absence de projets viables pour la ville, déplore Amadou Dia. El Hadji Silèye Sada Koumé corrobore les propos tenus par ce dernier. Il pense que le maire devait avertir les populations d’une éventuelle fermeture, mais personne n’est informé d’une telle décision. Durant ces 5 jours, il n’y a pas eu de collecte de recettes. Ce sont des pertes colossales pour la commune d’après lui.

Leave A Reply

Your email address will not be published.